Cagayan de Oro et l’île de Mindanao

Quelques jours à Cagayan de Oro au nord de Mindanao

Je quitte l’île de Palawan et la ville de Puerto Princesa pour Cagayan de Oro. Je vais y retrouver Mia et sa famille pour deux journées. Puis je partirais avec Mia pour quelques jours à Camiguin, une île volcanique non loin de Cagayan.

Quelque part au dessus des Visayas Cagayan de Oro

Quelque part au dessus des Visayas

Mindanao, la dangereuse grande île du sud

Cagayan de Oro est située au nord de l’île de Mindanao. Celle-ci est la deuxième plus grande île des Philippines après Luzon. Sa surface est plus grande que l’Irlande, le Portugal ou les Pays-bas. La région compte plus de 25 millions d’habitants. L’île possède la plus grande variété de langages, dialectes, tribus et ethnies des Philippines. L’agriculture est la principale activité et représente 80% de la production nationale. En revanche, elle est certainement la moins touristique.
Avant de partir aux Philippines, je m’étais dis que j’éviterais Mindanao. Car la région est considérée comme dangereuse. En plus de quelques guérillas communistes dans la campagne, l’île abrite une importante rébellion d’indépendantistes musulmans.
Au 13ème siècle, des missionnaires musulmans sont arrivés sur l’île et ont commencés à convertir les populations animistes et polythéistes de l’archipel. Quelques siècles plus tard, les colons espagnols ont convertis au catholicisme la majorité des Philippines.
La région de Mindanao, voisine avec la Malaisie musulmane est la seul région du pays qui compte une présence musulmane significative (20% de la population). Dans les années 60, l’armée philippine lance une attaque contre la Malaisie. Les soldats musulmans philipins refusent de se battre contre d’autres musulmans (l’armée malaisienne) et sont fusillés. À partir de cet incident se crée le Front Moro de Liberation Nationale.
La guérilla aboutit à la formation d’une province autonome constituée d’une partie de l’ouest de Mindanao et des archipels de Sulu et Tawi-Tawi près de la Malaisie, les seules régions à majorité musulmane du pays.
De nombreuses escarmouches, attentats, prises d’otages ont marquées la région de Mindanao. En outre la mer de Sulu, près de la Malaisie est réputée pour ses actes de piraterie.
Heureusement, les choses s’arrangent doucement. Mis à part certaines régions et les zones de campagnes, les principales villes de Mindanao et les régions du nord sont considérées comme sûres, notamment par notre ministère des affaires étrangères. Et j’arrive au moment où un nouveau traité de paix est en train d’être signé.

Cagayan de Oro  Arrivée sur l'île de Mindanao

Arrivée sur l’île de Mindanao

La ville de Cagayan de Oro

Cagayan de Oro signifie en espagnol la rivière de l’or. Pourquoi de l’or? Personne ne le sait. Pour les philippins, c’est la ville de “des amitiés en or” ou encore “la nouvelle capitale de l’aventure”. Les rivières dans les montagnes environnantes sont fameuses pour le kayak et le rafting.
À l’aéroport, je suis accueilli par Mia qui est arrivée une heure plus tôt depuis Manille. Nous rejoignons sa famille dans un minibus. Direction l’hôtel pour déposez nos bagages. Cagayan de Oro a tout de la grande ville philippine typique. Très étendue, surpeuplée, embouteillée et construite de façon anarchique à cause de la corruption. Les seuls endroits organisés sont les gigantesques centre commerciaux sans âmes. Il y a peut être des merveilles dans cette ville mais mon court séjour ne me laissera pas le temps de les voir. Entouré par ma nouvelle “famille”, nous visitons un peu la ville et personne ne cherche à me kidnapper. Ici, je ne croise aucun policier. Ou plutôt tous les policiers que je croise, sont en treillis militaires, fusils automatiques chargés au point. On en rencontre souvent par groupe de trois à de nombreux check points en ville et aux alentours. Les véhicules blindés des brigades anti-bombes/attentats patrouillent en continu. Je suis l’un des rares “gringos” dans cette ville. Et je ne passe pas inaperçu. Heureusement tout se passe bien.

Des ananas

Des ananas

Nous partons le lendemain faire du rafting toute la journée. Sur le retour, nous traversons des champs d’ananas. Je croyais stupidement qu’ils poussaient sur des arbres. En fait ils poussent à même le sol. Les plantations que nous traversons sont gigantesques. 10000 personnes y travaille, pour le bénéfice de quelques compagnies et des riches familles qui les possèdent. Dommage que je n’ai pas de photos nettes.

Dans les montagnes du nord de Mindanao Cagayan de Oro

Dans les montagnes du nord de Mindanao

Une coutume philippine: les Pasalubongs

La journée suivante se révèle tranquille. Nous essayons un restaurant de fruits de mer le midi tandis que le reste de la journée est consacré à une pratique culturelle philippine très importante: les pasalubongs. Les pasalubongs ce sont les souvenirs que l’on offre à sa famille, aux amis, à ses collègues et à certaines de ses connaissances. Dès que l’on quitte la ville où l’on vit, même pour un weekend, il faut revenir avec des petits cadeaux à offrir à tout le monde. Pas besoin forcément de trucs luxueux, il faut juste des petites attentions comme des spécialités culinaires locales.

 Cagayan de Oro  Restaurant au bord de l'eau

Restaurant au bord de l’eau

Cagayan de Oro-resized-800

Après ces deux jours, je dis au revoir aux parents de Mia et sa soeur. Avec Mia, nous partons pour la mystérieuse île volcanique de Camiguin.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *