De Busan à Shimonoseki

Direction le Japon

Pour aller au Japon depuis Busan, je choisis de prendre un ferry à la place de l’avion. Le prix est similaire. C’est surtout la possibilité de faire quelque chose de nouveau et d’arriver à l’extrême sud-ouest de l’île principale Honshu qui m’attire. J’embarque le soir pour une nuit de croisière en mode économique sur la ligne Busan Shimonoseki.
Petit stress avant d’acheter le billet: bien que je sois largement en avance, le guichet fermera tôt pour cette fois et on refuse de me le vendre si je n’ai pas une adresse et un numéro de téléphone au Japon. Je n’ai rien réservé au Japon, je préfère voir cela sur place. Surtout que j’arriverai tôt le matin, frais et reposé. Plein de temps en perspective pour voyager et troucer un nouveau logement. Il n’y a pas de wifi. Les deux pc du terminal pour aller sur internet sont en coréens. Le temps passe. Finalement, j’invente un nom d’hôtel et un numéro. C’est bon, j’obtiens mon billet juste à temps. À moi la croisière!

Le Seong Heee

Le navire est classe et haut, il y a 6 ponts, un restaurant, une épicerie, une salle de karaoké, un salon/club(seulement pour les V.I.P) et même une salle d’arcade. Par contre pour les cabines, il faut se contenter d’une sorte de dortoir assez exigu. Heureusement, elles sera à peine remplie au tiers, faute d’affluence. Je dois attendre que les lycéens en classe de voyage, qui constituent l’essentiel des occupants du navire et également du bruit, finissent leur dîner pour enfin profiter d’un repas avec les quelques autres passagers. Oui, le navire est rempli de lycéens coréens et par comparaison, les moteurs diesels semblent silencieux. Par chance, rare sont ceux qui se baladent sur les ponts extérieurs. Je peux observer la manoeuvre de départ en paix, ainsi que la sortie du navire de la baie de Busan. Dans ma cabine des petits vieux regardent la télé. Je sympathise avec Tae-jun, étudiant coréen au Japon qui reprend les cours, il parle un peu anglais. Puis, nous imitons les autres et partons nous coucher. Chacun déplie son petit matelas, déroule sa couette et pose sa tête sur un oreiller de forme pavée un peu dur, façon coréenne.

Après une courte nuit, bercée par les mouvements du navire, tout le monde s’éveille vers 6h du matin. Je suis seul à m’aventurer dehors. Surprise, le Japon est déjà en vue. Le navire se fraye un chemin à travers le détroit avant d’atteindre le port de Shimonoseki.

En route pour Busan Shimonoseki
13793991457941    
13793991628063  
13793991718604
13793991798455  
13793991892246
13793992019597
13793992096128
13793992205529
13793992292010
13793992376091 13793992494302

Contrôles à l’arrivée

Arrivé au terminal, j’ai le droit à me faire interrogé par l’immigration puis par les douanes, fouille du sac et de mes affaires. Enfin sorti, je pense pouvoir partir directement vers la gare mais je suis aussitôt alpagué par une policière en civile. Motif, je suis le seul étranger (comprenez ni coréen, ni japonais) qui débarque, c’est suspect. Nouvel interrogatoire, toujours grand sourire et infinie politesse, je suis bien au pays du soleil levant. Après avoir répété une troisième ce que j’avais dis aux contrôles précédents, je peux enfin partir.
Comme je suis un peu perdu, Tae-jun fait patienter sa copine et m’y emmène. Encore une nouvelle démonstration de la gentillesse coréenne.

13793992634773

Maintenant dans ma première gare nippone, il est temps de demander mon JR pass qui me permettra de voyager de manière illimité en train au Japon pour les deux prochaines semaines.

2 Responses to “De Busan à Shimonoseki

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *